Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Agenda de la Semaine

CV TBT RECTO

hebergeur image

Sport Rugby UST

Dimanche 24 Septembre

UST / Vallée du Girou

Repas Supporters

Salles des Assos à 12h

Crudités, Steack,

Haricots verts,

Fromage, Fruits,

Café 15€

Tél : 05 53 40 72 07

 

Thézac

Mercredi 20 Septembre

à partir de 8h30

Relais du Randonneur

Randonnée de 6.7 km

à Duravel

Rendez-vous à 9h 

place de la mairie à

Duravel ou à 8h30 à

Thézac pour covoiturage.

Tél : 06 37 58 31 61.

 

Thézac

Vendredi 22 Septembre

Randonnée Pédestre

à partir de 8h

Relais du randonneur

Randonnée de 11.5 km

à Toufailles

Rendez-vous sur la place

de Toufailles à 8h30 ou

à Thézac à 8h pour

covoiturage.

Tél : 06 74 03 73 81.

 

Tournon d'Agenais

Dimanche 24 Septembre

Légendes d'Automne

 

Publié par Tournon Reporter.

La semaine dernière, l’association Tera à Masquières a démonté les deux prototypes de maisons autonomes en énergie mais compte bien continuer son expérience !

Tera est un projet expérimental qui vise à construire un écovillage pour relocaliser à 85% la production vitale à ses habitants. L’association a installé son siège social à Masquières au lieu-dit Lartel sur un site de douze hectares mis à disposition par un de ses membres.

Thézac : Tera démonte mais ne se démonte pas !!!

Subvention bloquée

En s’appuyant sur l’article 421–5 du Code de l’urbanisme qui indique la possibilité de créer une installation nomade en rapport avec une manifestation à caractère commerciale et culturelle, l’association a construit en juillet 2016 pour une période d’un an via un chantier école deux prototypes de maisons démontables autonomes en énergies sur une zone agricole. « Et pendant cette année, nous avons organisé de nombreuses manifestations culturelles et commerciales, des conférences, des marchés, etc… autour de ce projet » explique Emmanuelle Philip, la coprésidente de Tera.

La Région Nouvelle Aquitaine et le Département du Lot-et-Garonne ont suivi le mouvement et ont attribué à Tera des subventions pour développer son projet. Toutefois, attaqué par Marie Costes (LR), à la Région pour une illégalité supposée, « Sans d’ailleurs aucune justification basée sur la loi… » indique Mme Philip, le versement de la subvention Régionale de 55 000 € a été suspendue ainsi que celle attribuée par le Département de 15 000€. « Pour une petite structure comme la nôtre, cela aurait pu causer notre mort » indique Frédéric Bosqué, le fondateur de l’association.

La sous-préfecture fait volte-face

L’association a donc constitué un dossier pour prouver sa bonne foi et l’a déposé en sous-préfecture. Le 14 mars dernier, un mail provenant de Villeneuve-sur-Lot a rassuré les responsables de l’association. « C’est à cette date que le Sous-Préfet, M. Thierry Mailles nous a assuré par courriel que nous étions bien dans les clous et nous a assuré qu’il nous adressait un courrier pour confirmer tout cela » indique Mme Philip. Pourtant, deux mois plus tard, la Sous-Préfecture fait volte-face et dans son courrier du 9 mai indique qu’elle ne reconnait pas le caractère commercial et culturel des manifestations organisées par l’association.

Avec le support d’un cabinet d’urbanisme et de son cabinet d’avocat, Tera réagit sur le champ et se retourne désormais vers la préfète Patricia Willaert du Lot-et-Garonne pour faire valoir son bon droit. Le 11 juillet, un rendez-vous est même prévu avec l’élue Régionale Maryse Combres (EELV), le Député de la circonscription Olivier Damaisin (LREM), les responsables de l’association et Mme Willaert à Agen. Ce dernier est annulé au dernier moment et le même jour, un courrier de la Préfecture arrive au siège de l’association pour confirmer le premier courrier de la Sous-Préfecture.

« Comme convenu nous avons démonté les habitats légers, d’ailleurs les gendarmes sont venus le constater, mais nous ne lâcherons pas sur le principe. Ce que nous avons fait est tout à fait légal et nous irons au Tribunal Administratif pour le démontrer » précise M. Bosqué.

Les responsables de l’association ont également rencontré le Conseil Municipal de Masquières pour savoir si ce dernier souhaite que le projet continue à « Lartel ». « Nous avons toujours dit que sans volonté de tous, nous ne ferions pas ici l’écovillage. Après notre présentation, malgré la proposition de certains membres du conseil, le maire M. Bouquet a refusé qu’une délibération soit votée pour ou contre, c’est bien dommage ! » indique Mme Philip.

Le siège social restera à Masquières mais Tera ne se démonte pas et continuera son action. « Nous allons choisir sans doute un autre site pour continuer l’expérience, nous avons d'ailleurs plusieurs propositions » conclut M. Bosqué.

Site internet : www.tera.coop

Commenter cet article