Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Agenda de la Semaine

CV TBT RECTO

hebergeur image

Sport Rugby UST

Dimanche 24 Septembre

UST / Vallée du Girou

Repas Supporters

Salles des Assos à 12h

Crudités, Steack,

Haricots verts,

Fromage, Fruits,

Café 15€

Tél : 05 53 40 72 07

 

Thézac

Mercredi 20 Septembre

à partir de 8h30

Relais du Randonneur

Randonnée de 6.7 km

à Duravel

Rendez-vous à 9h 

place de la mairie à

Duravel ou à 8h30 à

Thézac pour covoiturage.

Tél : 06 37 58 31 61.

 

Thézac

Vendredi 22 Septembre

Randonnée Pédestre

à partir de 8h

Relais du randonneur

Randonnée de 11.5 km

à Toufailles

Rendez-vous sur la place

de Toufailles à 8h30 ou

à Thézac à 8h pour

covoiturage.

Tél : 06 74 03 73 81.

 

Tournon d'Agenais

Dimanche 24 Septembre

Légendes d'Automne

 

Publié par Tournon Reporter.

Le choix du Stade.

Thibault Peresse joue à Toulouse, pour le plus grand bonheur de son père Denis

 

 

Denis, le père de Thibault Peresse :

« C'est un enfant qui a la tête sur les épaules ».

Ses copains le surnomment « la machine ». Peut-être à cause de sa puissance phénoménale qui lui a permis de marquer 17 essais l'an dernier sous le maillot des cadets de l'entente Lot Lémance (Fumel Tournon). On l'appelle aussi « capitaine », « car c'est un joueur appliqué avec une autorité naturelle. Thibault ira très loin », prédit son entraîneur de toujours, le Tournonnais Jean-Louis Leonardi.

À 17 ans, Thibault Peresse n'est pas à un âge où on peut juger une carrière. Mais il a déjà fait un pas pour tutoyer ses désirs de rugby professionnel en signant une licence au Stade Toulousain cette année (il est junior première année). Son père, Denis, ancien treiziste, patron de l'hôtel des Voyageurs à Tournon depuis dix-huit ans, y croit dur comme fer : « Il a un vrai potentiel. En plus, c'est un enfant qui a la tête sur les épaules. » Les espérances des proches tombent comme des pièces dans un puits sans fond quand la confiance est absente chez le jeune sportif. Mais Thibault, du haut de son mètre quatre-vingts (et de ses 96 kilos), en a plein les poches : « Depuis que je suis entré au collège, je sais que je veux devenir rugbyman. » Même s'il est en première STI à Toulouse, il a fait du ballon ovale son objectif numéro 1.


Toulouse plutôt qu'Agen

 

On ne va pas récupérer un ballon dans un ruck comme on ouvre une porte. De la même façon, le jeune Tournonnais a décidé d'aller embrasser ses rêves en suant à grosses gouttes. En allant s'expatrier dans un internat à Bergerac par exemple, en section rugby, il y a deux ans, ou en restant dans son équipe Lot Lémance l'an dernier plutôt que de rejoindre la voie royale et le club d'Agen. « J'ai préféré patienter en continuant ma formation avec mon entraîneur Jean-Louis Leonardi avant de rejoindre un gros club. C'est mon mentor. J'avais pour projet de rejoindre le SUA cette saison et de me frotter aux meilleurs. »

Mais entre-temps, le troisième ligne centre (ou talonneur) s'en va faire un essai au Stade Toulousain. Et à sa grande surprise, il est recruté pour intégrer le groupe des 60 juniors du club. « Je pouvais jouer à Agen, mais Toulouse, c'est une opportunité qui ne se présente qu'une seule fois dans une vie. » Oublié des sélections du comité chez les plus jeunes « car il n'y avait plus de place pour les Tournonnais à cause des Agenais et des Marmandais », il tient sa petite revanche.

 

Au Stade, il se construit sous les ordres de d'un entraîneur bien connu dans sa région natale : Hugues Miorin, ancien joueur et entraîneur de Fumel, plusieurs fois international. Miorin, cet autre Fumélois qui a remonté la Garonne jusqu'à Toulouse (il a gagné sept boucliers chez les rouge et noir) au lieu de s'arrêter à Agen. Comme Damien Cler (Mont-de-Marsan) ou Julien Candelon par exemple (1).

Pour le moment, Thibault Peresse et Agen, c'est l'histoire d'un rendez-vous raté. « Pour le moment », précise bien le Tournonnais. « Car si j'arrive à percer dans le rugby un jour, rien ne dit que je ne porterai pas les couleurs du SUA. » Le jeune Peresse n'exclut rien. Il n'est sûr que d'une chose : « Ma carrière, je la terminerai à Tournon d'Agenais. Dans le stade où je vais voir les matchs depuis que je suis tout petit. »

 

(1) Julien Candelon a joué une saison à Agen avant de rejoindre le Stade Toulousain.


Sud ouest le 5 novembre 2009

Auteur : arnaud dejeans
a.dejeans@sudouest.com

Commenter cet article